Acad?mie de Versailles
Lycée & Collège Lavoisier, Auchel
Accueil du site > Vie Scolaire > Archives > Année Scolaire 2010-2011 > Agnès et Matthieu : le défi de l’intégration au quotidien

Agnès et Matthieu : le défi de l’intégration au quotidien

Version imprimable de cet article Version imprimable

Agnès est auxiliaire de vie scolaire. Matthieu, élève de quatrième, poursuit ses études au collège Lavoisier d’Auchel. Depuis trois ans, ils relèvent le défi de l’intégration en milieu scolaire. Ce bonheur d’apprendre comme les autres, malgré le handicap, Matthieu le doit à son AVS, qu’il vouvoie encore, à des camarades de classe aux petits soins, aux enseignants dévoués, à l’administration bienveillante. Preuve est faite ici, à Auchel, que l’inclusion en milieu scolaire ordinaire n’est pas vouée à l’échec. Témoignage par Reynald Clouet.

La loi dite du 11 février 2005 a ouvert les portes de l’école classique à des enfants comme Matthieu Grancourt. Lui souffre de dyspraxie. Cette maladie ne prive pas Matthieu de la capacité à concevoir les gestes mais il n’arrive pas à les organiser, à les réaliser de façon harmonieuse. Comme le détaille son papa, kinésithérapeute, difficile voire impossible pour Matthieu de poser la pointe d’un compas au centre d’un cercle.

Même tracas pour tracer une droite. Lorsqu’il saisit une bouteille, qu’elle soit vide ou pleine, il n’est pas en mesure d’évaluer la force nécessaire à l’exécution de ce geste banal. Les obstacles sont donc le lot quotidien de Matthieu, sans parler de l’écriture.

La présence à ses côtés d’Agnès, auxiliaire de vie scolaire, lui permet de les franchir à son rythme. Avec une belle victoire à l’arrivée puisque les derniers bulletins scolaires de Matthieu oscillent entre 13 et 14/20 quand la moyenne de la classe est de 11,5.

Le hasard faisant bien les choses, une autre collégienne bénéficie dans cette classe de 9 heures d’AVS. Ainsi, Agnès est présente 18 heures par semaine dans cette classe où Matthieu Grancourt et Élodie Tassez étudient côte à côte, toujours au premier rang.

L’inclusion de ces deux élèves porteurs d’un handicap reconnu par la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) ne pose pas que des problèmes comme le révèle Patricia Blanchemanche, professeur de français. « La présence de ces élèves dans la classe suppose une adaptation de notre part. Nous ne leur proposons pas les mêmes évaluations. Il nous faut accepter la présence de l’auxiliaire qui apporte des explications complémentaires. Mais il y a aussi des avantages. Matthieu et Élodie apportent beaucoup à l’oral. Grâce à eux, mon cours avance plus vite. » Les témoins de cette leçon de vie s’accordent pour dire que Matthieu a progressé. « Il est devenu un élève comme les autres. Un certain nombre de ses camarades sont très attentifs. D’autres sont un peu jaloux à cause de ses bons résultats. » Il n’en reste pas moins que la présence d’Agnès au côté de Matthieu n’est pas inscrite dans le marbre. Chaque année, le cas des enfants est réévalué en commission. La dotation horaire relève de la MDPH. Laquelle dispose d’une large palette d’outils pour atteindre le but fixé, à savoir l’accès à l’autonomie de l’élève.

Après son hospitalisation, en CP, Matthieu s’est vu doter de douze heures d’AVS. Une fois au collège, cette dotation a été réduite. D’où l’inquiétude légitime du papa de Matthieu qui surfe sur les forums Internet et entend parler de suppressions de postes.

À en croire l’enseignant référent, qui sait bien que la présence des AVS est le fruit du combat - à juste titre - des parents d’élèves, leur présence dans les écoles, collèges et lycées n’est pas remise en cause. Agnès, elle, regrette simplement que son statut soit précaire (CDD), que cette fonction d’AVS ne soit pas intégrée à toutes celles de l’Éducation nationale.

Source : La Voix du Nord



Lycée & Collège Lavoisier, Auchel (académie de Lille)
Responsable éditorial : M. Hervé CABOCHE