Acad?mie de Versailles
Lycée & Collège Lavoisier, Auchel
Accueil du site > Vie Scolaire > Archives > Année Scolaire 2010-2011 > Un jeune Auchellois dans la course

Un jeune Auchellois dans la course

Version imprimable de cet article Version imprimable

Samedi, l’Auchellois Stéphane Watel, 16 ans, sera sur la ligne de départ de la course jeunes de l’Enduropale du Touquet.

C’est à l’âge de trois ans que Stéphane a enfourché sa première moto : une Piwi.

Depuis, il n’a cessé de pratiquer cette passion transmise par son père, Yves. « Je faisais de la moto alors je lui en ai acheté une petite et il a démarré. » Tout petit, Stéphane se rendait chaque jour sur le terrain de bicross qui se trouvait à Auchel. De six à treize ans, c’est Sébastien Sagot de MX Pilotage qui l’a entraîné.

Mais en grandissant, il a été plus difficile de concilier l’école et sa pratique et il ne pouvait plus s’entraîner chaque jour. D’autant que les terrains d’entraînement se sont faits de plus en plus rares dans les environs. Alors le week-end, son père l’emmenait en Belgique pour qu’il participe à des courses.

 Jeune espoir motocross

La consécration est venue l’an dernier, quand il a intégré le collectif espoir motocross 85cc de l’équipe de France, faisant la fierté de ses parents. Puis cette année, il a rejoint le collectif espoir motocross 125cc. Pour ces sélections, « il y a une préparation sur quatre jours. Ça se base sur le physique et la moto : footing, vélo, chrono en moto, courses », expliquent Stéphane et sa mère Pascale. « C’est tout un ensemble, toute une discipline », souligne cette dernière. Après l’école - Stéphane est en seconde au lycée Lavoisier -, il se consacre à l’entraînement physique avant de se plonger dans ses devoirs.

De nombreux stages sont aussi dispensés par le collectif et l’emmènent jusqu’aux quatre coins de la France. Ce qui l’oblige parfois à manquer les cours. Le dernier stage l’a conduit jusque dans les Landes. Deux autres sessions sont encore prévues en février dans le Cantal et l’Hérault.

Son père l’accompagne pour chaque stage ou chaque course, et sa mère Pascale le fait aussi souvent qu’elle le peut, en fonction de son travail. La famille a même investi dans un camping-car, ce qui permet à Stéphane de dormir ou de travailler sur le trajet.

 L’Enduropale : un nouveau défi

Cette fois, Stéphane s’est lancé un nouveau défi. Participer à l’Enduropale. « Rouler dans le sable, c’est carrément différent de la terre ! », affirme son père. Alors, pour cette première, Stéphane « stresse un peu ». Heureusement, Vincent Cambier, un habitué de l’Enduropale, lui a prodigué des conseils, l’a entraîné à rouler dans le sable et « il règle mes suspensions ! », ajoute Stéphane.

Pendant les vacances de Noël, ce dernier s’est rendu tous les deux jours à Loon-Plage : « C’est le seul te rrain de sable dans le coin ».

 Un podium ?

Pour Yves, l’Enduropale est l’occasion de « rouler un peu l’hiver. La coupure entre les deux championnats est longue ». Et puis, « c’est une course qui me plaisait, c’est quand même connu ! », se réjouit Stéphane.

Si son père a déjà participé cinq ou six fois à l’Enduropale, il n’a « plus vraiment de conseils à donner » à son fils : « Je le faisais en tant qu’amateur... Maintenant, Stéphane est arrivé à un niveau supérieur ! ».

Ses parents seront encore présents samedi pour l’encourager. Stéphane partira ce jeudi soir avec son père, avant que Pascale ne les rejoigne vendredi.

« C’est la première fois qu’il participe à l’Enduropale, je suis stressée... J’essaie de ne pas y penser ! » Vendredi, Stéphane ira repérer le terrain avec des amis, avant de prendre place sur la ligne de départ samedi, à 9h30.

Si la victoire sera « compliquée » selon son père - puisqu’il sera « mélangé avec les 250 4 temps » -, Stéphane espère quand même faire un podium dans la catégorie 125cc, juché sur sa 125 KTM. Son numéro de dossard : le 22.

Source : Gwenaëlle DÉFOSSEZ L’avenir de l’artois

 Les jeunes courent, les parents stressent

Sur le bord de la piste, comme beaucoup de mamans à ses côtés hier matin, Pascale Watel, venue d’Auchel, est stressée. ...

« C’est la première fois que mon fils Stéphane fait l’Enduropale, explique-t-elle. Forcément, j’ai quand même un peu peur du danger... Il roule tout le temps sur terre, mais sur sable, c’est autre chose. »

Et puis il y a la tâche qu’elle doit accomplir : « Avec ma pancarte, je dois le renseigner sur sa place, le temps de course qu’il reste, le moment où il doit s’arrêter... Je n’ai pas intérêt à me tromper. »

Champagne !

Encore quelques minutes, et elle le verra passer... Car la meute vient d’être lâchée pour une ligne droite qui se solde par une spectaculaire chute.

Ce n’est pas Stéphane. Elle peut souffler. De toute façon, Pascale connaît le milieu et ses aléas : « Mon mari, Yves, a fait l’Enduro plusieurs fois. »

Encore une famille de motards. Avec tout le monde au four et au moulin. Heureusement, au final, Stéphane décroche une belle 18e place. « Ça s’est bien passé, dit-il, même si sur un saut, il y a un concurrent qui m’a atterri dessus, j’ai perdu deux-trois minutes. »

Son père a le sourire : « Dans les vingt premiers, pour une première, je suis plutôt content. »

Champagne ! La mère sourit : « Il a déjà coulé, hier, on fêtait son anniversaire. »

Source : La Voix Du Nord


Portfolio


Lycée & Collège Lavoisier, Auchel (académie de Lille)
Responsable éditorial : M. Hervé CABOCHE